Vraiment belles chansons

Belles chansons
L’occident vacille. La civilisation agonise. La révolution perd les eaux ! C’est la pagaille !... L’heure est aux questions les plus graves : la concierge est-elle encore dans l’escalier ? Où est passé le garde-champêtre qui prend son cor pour une trompette ? Les minorités invisibles ont-elles une âme ?...
S’il vous tarde de connaître la réponse, si vous souhaitez savoir si l’amour triomphera avant la fin de la deuxième mi-temps, ne manquez pas le spectacle de Patrick Couton et Michel Boutet "Vraiment belles chansons", revue exotique librement inspirée de Kierkegaard et du deuxième cycle des mémoires de Raymond Poulidor.
Attention, ce spectacle est exclusivement composé de chansons !... Plus d’autres trucs.
(Guy Flavier)

« Voici notre spectacle ! C’est un spectacle d’amour, d’amitié, de franche camaraderie, d’hygiène et de bienséance. Nous aimerions partager avec vous l’intense joie qui s’empare de nous quand un soleil automnal se couche au bras d’un être cher… » (Présentation)

« Y’a trop de haine, oui, y’a trop de haine et y’a trop d’haineux, c’est un cercle vicieux car, quand un haineux hait un autre haineux, celui qui est hait est aussi par l’autre haï de même que celui qui est haï haïssant celui dont il est haï… » (La tyrolienne haineuse.)

« Tout nous sourit. Tout resplendit. Tout est douceur. On est heureux : les hommes-sandwichs ne se mangent plus entre eux ! » (Chant d’allégresse)

C’est écrit dans le journal :

« Vraiment étonnant ce spectacle d’amour, d’hygiène et de bienséance ! Le public n’imaginait pas que d’aussi belles chansons puissent exister. De Francis Blanche, Jean Yanne, Serge Gainsbourg et autres. Couton et Boutet sont vraiment de drôles d’oiseaux ; on craignait le pire et on avait raison ! Mais quand on vit sous le signe de la haine et de ses affluents, un tel spectacle, qui prend le parti d’en rire, ça fait un bien !... »
(Nicole Levieuge, Presse-Océan)
 
« Couton et Boutet, vieux routiers de la scène, connaissent la chanson, savent ce que complicité veut dire. Avec un air ahuri, les deux zozos assènent, mine de rien, des vérités profondes et indiscutables : "La terre est plate, le monde est petit !" Et ils chantent de "vraiment belles chansons" ! De quoi changer la face du monde, du moins de ce qu’il en reste. Leur prestation aurait pu s’intituler "C’est malheureux d’être triste".
Michel Boutet, alias "Manitas des platanes" et Patrick Couton, le "Latin (pull) over diatonique" chatouillent la bluette. Résultat : une heure de niaiserie jubilatoire ! »
(Joël Havard, Ouest-France)
 
Contact :
Michelle MANAC'H - 06 73 82 63 54 - 07 89 69 27 72 - contact@merlinprod.com - merlinprod.fr

Partager